L’olivier – Alain Archiloque

Issu d’une famille d’éleveurs, Alain Archiloque a mené une carrière de professeur d’université à Marseille tout en continuant à s’occuper du troupeau basé à La Palud du Verdon. En 2008, il est élu maire de Moustiers Sainte Marie

Graphie Classique

Siam mai quilhats que d’avau, perqué li a pas… li a pas lei palmiers, encar, lei palmiers, meme lo pichon palmier méditerranéen. Viés, li ’s pas pas. Li a una autra flòra, qu’es una flòra de montanha mediterraneana. E se viés lo… se te promènes dins lo Verdon, regardes en faça, la montanha de Marge, qu’es sus… sus Eguina, de l’autre costat. E la montanha de Marge, viés, que d’amont li a una falha. Alòr li a de faus, li a totei lei plantas que vènon ambé lo fau e dessota as un autre estatgi ’mbé lo rore. Lo rore, lei rores que te fan d’aglans, quoi. Mai que perdon la fuelha. E un pauc d’avaus encar ente avèm lei bèlas ròcas e lei bèlas… de ròcas, aquí dedins, as encar d’endrechs que lo solèu li pica ben, li fa pas tròp freg l’ivèrn, tot aquò ; e aquí li a de plantas que son mediterraneanas, que se tròvan ’quí. Quercus ilex, euve, après lo taradèu, après la garança, que li dien lo… me va revenir… la planta qu’aganta… enfin me revendrà. Lei… viés, li a ’quí totei lei terebentas que li dien… lei sumacs que li diam, lei fusters, lei terebentas que li grèfan lei pistachiers, ’quí dessús, mai sauvatges. Es per aquò que d’aqueu temps, viés, passes dins lei gòrjas, comences d’aguer fòrça colors dei diferentas plantas, avans tot de plantas que son puslèu dau costat mediterranean. […] Aquí fa una limita entre la Provença bassa e lo païs d’aicí qu’es la Provença de montanha. E li a quauqua ren que lo ditz ben, dins la vegetacion, èra leis oliviers. Lei viés aquí. Sus… que son d’un caire e de l’autre de Mostiers, sota la falesa. E alòr la falesa que lei tèn coma aquò. E aquí avèm la varietat de l’aglandau, lo viés, lo conoisses l’aglandau. L’aglandau a pas crebat coma l’aviá fach dins lo temps de… 1956, pensi. Que d’avau, en bassa Provença avián començat de travalhar, leis oliviers, e esclatavan la nuech, que se gelava. E aquí avián pas’ncar començat, e n’i a fòrça qu’an tengut lo còp. Après, de còp que li a, li fau levar de marridas brancas, de cauvas coma aquò, mai an tengut un pauc mai lo còp, perqué es una varietat diferenta. Mai dins la varietat diferenta li a encar de diferenciacion, perqu’aquí te viés leis oliviers. A Mostiers li ’viá sabi pas quant, vint mila, quaranta mila oliviers, perqué dau temps… en aqueu temps totei lei familhas avián son pichon morçèu, dins lei ribas d’amont. Viés. Entretengut lei muralhas, tot aquò. E totei avián. N’i a qu’avián dètz, quinze oliviers. N’i a d’autres que n’avián cènt. Es totjorn la mema cauva. Solament, çò que li a que… aqueleis oliviers, se dihián de l’un a l’autre « ton olivier aquest an es plen d’olivas e lo mieu n’a pas ». Perqué au moment de la polenisacion es pas… es pas tròp, es un pauc malaisat per leis oliviers. Aquí. Sabi pas d’avau, mai aquí es un pauc malaisat perqué se fa pas tròp de vènt, se de còps que li a plòu tròp, viés, pòdon pas agantar, arrapar la… l’oliva. As de brancas ente li a coma un grapilhon, ’mbé de pichonas olivas, e quauqueis unas que tènon. […] E alòr, aqueleis oliviers se lei chanjavan de l’un a l’autre, comprenes. Fahián de soquets ; perqué leis oliviers per que leis olivas donèsson l’olivier, fau fòrça temps e es encar ben malaisat perqué leis olivas fan pas coma fan, sabi pas, en Kabilia, viés, dins d’endrechs coma aquò, ente li a de vièlhs oliviers sauvatges, leis oléastres, li dien. Nautres, es pas d’oléastres, es d’oliviers que vènon deis oléastres perqué an estats chausits e encar chausits perqué li a una qualitat especiala. E alòr, lo fan per la reproduccion ’mbé lei soquets. Viés, prenes un soquet, perqué l’olivier coma s’arrapa au bas, au dabàs ambé fòrça pichonas racinas adventives. Après lei gròssas que discendon plus bas e aquí li a lei pichòtas que prenon totei lei gotas d’aiga que vènon. E lei fuelhas, sota la fuelha, lo viés, quand fa un pauc de vènt, de vènt que vèn dau levant, devira lei fuelhas e leis oliviers semblan argentats. Perqué li a de peus dessota, e se de còps que li a plòu ben aquelei peus prenon l’aiga e fan de… laissan de traucs se faire per la respiracion, tot aquò. E leis oliviers prenon… es aquí que vivon. Alòr, aqueleis oliviers son… son… se reproduison ’mbé lei soquets que vènon, viés, li a lei soquets que se cargan de gormands ambé lei fuelhas. Alòr, lèves aquò, li a totjorn un pauc de racinas que vènon. Mètes aquò dins una vièlha jarra, quauqua ren, que dedins faliá que fèsse un bòn… un bòn aubre e dos ò tres ans après lo plantes. Es per aquò que dins totei lei parcèlas an d’oliviers que donan un an mai que donan pas l’an d’après. E meme son travalhats dau meme biais, viés. De metre de femier, de lei talhar ben coma fau. Mai es au moment de la polenisacion que lei cauvas se decidan. Perqué n’i a que florisson un pauc pus lèu, e n’i a que florisson pas tròp lèu. Perqué lei gènts dins un temps s’exchanjavan leis oliviers, se fahián de… viés. Coma lo jardinatge. Es per aquò que li a totjorn un pauc d’olivas, se lei tènes coma fau, mai de còps que li a, coma aquest an, se son ben talhats, ben travalhats, li a d’oliviers que son cargats d’olivas. E n’i a d’autres que n’an pas. Mai, l’olivier, çò que li a d’interessant, en plaça de l’euve, es qu’aquí es eu que traça la limita entre lo dabàs de la Provença e lo daut. E se prenes la rota de la Palud li a un endrech que li dien la còla de l’olivier e li a ’ncar d’oliviers ben a l’adrech, viés, que lei darniers èran cultivats li a quatre ò cinc ans. Mai ara lei vièlhs se son… se son… lo fan plus perqué son vièlhs. E aquò es extraordinari perqué, un còp, sabi pas s’es interessant çò que vau dire, mai enfin lo dieu, un còp avián trovat d’escortins, viés leis escortins ente mètes la… quand as fach…  escrasat leis olivas, te fa una pasta ’quò, e lo mètes aquí dedins, e leis escortins pichons coma aquò ; alòr qu’a Mostier aviás de gròsseis escortins, viés, per leis escrasar dins la marra, tot aquò. E per levar l’òli de dedins. E aquí de pichons. Perqué la Palud, ambé lo terraire de Mairèsta, li dien Mairèsta. Tè, Mairèsta, benlèu que me porriás dire çò que vòu dire. N’anam parlar un pauc. E alòr lei, lo terraire de Mairèsta es la limita de l’olivier. E aquò lo sèntes s’un còp tomba nèu, ò se plòu un pauc fòrt.

 

Graphie mistralienne

 

Sian  mai quiha que d’avau, perqué li a pas… li a pas lei palmié, enca, lei palmié, meme lou pichoun palmié méditerranéen. Viés, li ’s pas. Li a uno autro floro, qu’es uno floro de mountagno mediterraneano. E se viés lou… se te proumènes dins lou Verdoun, regardes en faço, la mountagno de Marge, qu’es sus… Eguino, de l’autre coustat. E la mountagno de Marge, viés que d’amount li a uno faio. Alor li a de fau, li a tóutei lei planto que vènon emé lou fau, e dessouto as un autre estàgi ’mé lou roure. Lou roure, lei roure que te fan d’aglan, quoi. Mai que perdon la fueio. E un pau d’avau enca avèn lei bello roco e lei bello… de roco, aqui dedins, as enca d’endré que lou soulèu li pico bèn, li fa pas tròup frei l’ivèr, tout acò ; e aqui li a de planto que soun mediterraneano, que se trovon ’qui. Quercus ilex, éuve, après lou taradèu, après la garanço, que li dien lou… me va reveni… la planto qu’aganto… enfin me revendra. Lei… viés, li a ’qui tóutei lei terebento que li dien… lei sumac que li dian, lei fusté, lei terebento que li grèfon lei pistachié, ’qui dessus, mai sóuvage. Es pèr acò que d’aquéu tèms, viés, passes dins lei gorjo, coumences d’agué fouoço coulour dei diferènto planto, avans tout de planto que soun pulèu dóu coustat mediterranean. […] Aqui fa ’no limito entre la Prouvènço basso e lou païs d’eici qu’es la Prouvènço de mountagno. E li quaucarèn que te lou dis bèn, dins la vegetacien, èro leis óulivié. Lei viés aqui. Sus… que soun d’un caire e de l’autre de Moustié, souto la faleso. E alor, la faleso que lei tèn coumo acò. E aqui avèn la varieta de l’aglandau, lou viés, lou counouèisses l’aglandau. L’aglandau a pas creba coumo l’avié fa dins lou tèms de… 1956, pensi. Que d’avau en basso Prouvènço avien coumença de de travaia, leis óulivié, e esclatavon la niue, que se gelavo. E aqui avien panca coumença, e n’i’a fouoço qu’an tengu lou còup. Après, de còup que li a li fau leva de marrido branco, de cauvo coumo acò, mai an tengu un pau mai lou còup, perqu’es uno varieta diferènto. Mai dins la varieta diferènto li a enca de diferenciacien, perqu’aqui te viés leis óulivié. À Moustié li ’vié sàbi pas quant, vint milo, quaranto milo óulivié, perqué dóu tèms… en aquéu tèms tóutei lei famiho avien soun pichoun moucèu, dins lei ribo d’amount, viés. Entretengu lei muraio, tout acò. E tóuti avien… n’i’a qu’avien dès, quinge óulivié. N’i’a d’autre que n’avien cènt. Es toujour la memo cauvo. Sulamen, ça que li a que… aquéleis óulivié, se dihien de l’un à l’autre « Toun óulivié aquest an es plen d’óulivo e lou miéu n’a pas », perqué au moumen de la poulenisacien es pas… es pas tròup… es un pau maleisa perqué se fa pas tròup de vènt, se de còup que li a plòu tròup, viés, pouodon pas aganta, arrapa la… l’óulivo. As de branco ente li a coumo un grapihoun, ’mé de pichounos óulivo, e quàuqueis uno que tènon. […] E alor, aquéleis óulivié se lei chanjavon de l’un à l’autre, coumprenes. Fahien de souquet ; perqué leis óulivié pèr que leis óulivo dounèsson l’óulivié, fau fouoço tèms e es enca bèn maleisa perqué leis óulivo fan pas coumo fan, sàbi pas, en kabilìo, viés, dins d’endré coumo acò, ente li a de vièis óulivié sóuvage, leis oléastres, li dien. Nautre es pas d’oléastres, es leis óulivié que vènon deis oléastres perqué an esta chausi e enca chausi perqué li a uno qualita especialo. E alor, lou… fan la reprouducien ’mé lei souquet. Viés, prenes un souquet perqué l’óulivié coumo s’arrapo au bas, au dabas emé fouoço pichouno racino adventives. Après lei grosso que discèndon plus bas e aqui li a lei pichoto que prenon tóutei lei gouto d’aigo que vènon. E lei fueio, souto lei fueio, lou viés quand fa un pau de vènt, de vènt que vèn dóu levant, deviro lei fueio e leis óulivié sèmblon argenta. Perqué li a de péu dessouto, e se de cóup que li a plòu bèn, aquelei péu prenon l’aigo e fan de… laisson de trau pèr faire la respiracien, tout acò. E leis óulivié prenon…, es aqui que vivon. Alor, aquéleis óulivié soun… soun… se reprouduison ’mé lei souquet que vènon, viés, li a lei souquet que se cargon de gourmand emé lei fueio. Alor, lèves acò, li a toujour un pau de racino que vènon. Mètes acò dins uno vièio jarro, quaucarèn, que dedins… falié que fèsse un bouon… un bouon aubre, e dous o tres an après lou plantes. Es pèr acò que dins tóutei lei parcello an d’óulivié que dounon un an mai que que dounon pas l’an d’après. E meme soun travaia dóu meme biais, viés. De metre de femié, de lei taia bèn coumo fau. Mai es au moumen de la poulenisacien que lei cauvo se decidon. Perqué n’i’a que flourisson un pau pus lèu, e n’i’a que flourisson pas tróup lèu. Perqué lei gènts dins un tèms s’eschanjavon leis óulivié, se fahien de… viés. Coumo lou jardinage. Es pèr acò que li a toujour un pau d’óulivo, se lei tènes coumo fau, mai de còup que li a, coumo aquest an, se soun bèn taia, bèn travaia, li a d’óulivié que soun carga d’óulivo. E n’i’a d’autre que n’an pas. Mai l’óulivié, ça que li a d’interessant,… en plaço de l’éuve, es qu’aqui éu traço la limito entre lou dabas de Prouvènço e lou daut. E se prenes la routo de la Palud li a un endré que li dien la couolo de l’óulivié e li a ’nca d’óulivié bèn à l’adré, viés, que lei darnié èron cultiva li a quatre o cinq an. Mai aro lei vièi se soun… se soun… lou fan plus perqué soun vièi. E acò es estraourdinàri perqué, un còup, sàbi pas s’es interessant ça que vau dire, mai enfin lou diéu, un còup, avien, dins lou vièi castèu de la Palud, avien trouva d’escourtin, viés leis escourtin ente mètes la… quand as fa… escrasa leis óulivo, te fa uno pasto ’cò, e lou mètes aqui dedins, e leis escourtin pichoun coumo acò ; alor qu’à Moustié aviés de grosseis escourtin, viés, pèr leis escrasa dins lei marro, tout acò. E pèr leva l’òli de dedins. E aqui de pichoun. Perqué la Palud, emé lou terraire de Meirèsto, li dien Meirèsto. Tè, Meirèsto, belèu que me pourriés dire ço que vòu dire. N’anan parla un pau. E alor, lei, lou terraire de Meirèsto es la limito de l’óulivié. E acò lou sèntes s’un còup toumbo nèu, o se plòu un pau fouort.

 

 

Traduction

Nous sommes davantage en altitude que dans la plaine, parce qu’il n’y a pas… il n’y a pas les palmiers, encore les palmiers, même le petit palmier méditerranéen. Tu vois, il n’y est pas. Il y a une flore différente, qui est une flore de montagne méditerranéenne. E si tu vois le… si tu te promènes dans le Verdon, tu regardes en face, la montagne de Margès, qui est sur… sur Eguine, de l’autre côté. Et la montagne de Margès, tu vois qu’en haut il y a une faille. Alors, il y a des hêtres, il y a toutes les plantes associées au hêtre et en dessous il y a un autre étage, avec le chêne. Le chêne, les chênes qui font des glands, quoi, mais qui perdent leurs feuilles. Et un peu plus bas encore, où il y a les belles roches et les belles… là-dedans, tu as encore des endroits où le soleil pénètre bien, il n’y fait pas trop froid l’hiver, tout ça ; et là il y a des plantes qui sont méditerranéennes, qui se trouvent là. Quercus ilex, le chêne vert, puis le filaria, ainsi que la garance, que l’on appelle le… cela va me revenir… la plante qui accroche… enfin, cela me reviendra. Les… tu vois, il y a là tous les térébinthes que l’on appelle… les sumacs comme nous les appelons, les arbrisseaux dont on extrait une couleur jaune, les térébinthes sur lesquels on greffe les pistachiers, mais sauvages. C’est pour cela qu’à ce moment-là, vois-tu, si tu passes dans les gorges du Verdon, tu commences à avoir de nombreuses couleurs des différentes plantes, avant tout des plantes qui sont plutôt du côté méditerranéen. Là, il y a une limite entre la Basse Provence et le pays d’ici qui est la Provence montagnarde. Et il y a quelque chose qui te le dit bien, dans la végétation, c’était les oliviers. Tu les vois, là. Sur… qui sont de chaque côté de Moustiers, sous la falaise. Et alors, la falaise qui les tient comme cela. Et là nous avons la variété de l’aglandau, te le vois, te le connais l’aglandau. L’aglandau n’a pas crevé comme il l’avait fait à l’époque de… 1956, je crois. Car en bas, en Basse Provence, ils avaient commencé à travailler, les oliviers, et ils éclataient la nuit, car il gelait. Et ici ils n’avaient pas encore commencé, et il y en a beaucoup qui ont tenu le coup. Après, parfois il faut leur ôter quelques mauvaises branches, des choses comme ça, mais ils ont tenu un peu mieux le coup, parce que c’est une variété différente. Mais dans la variété différente il y a encore des différenciations, parce que tu vois les oliviers. À Moustiers il y avait je ne sais combien, vingt mille, quarante mille oliviers, parce que du temps… à cette époque toutes les familles avaient leur petit lopin, sur les talus là-haut, vois-tu. Les murs entretenus, tout ça. Et tout le monde avait… certains avaient dix, quinze oliviers. D’autres en avaient cent. C’est toujours la même chose. Seulement, ce qu’il y a… ces oliviers, ils se disaient des uns aux autres : ton olivier cette année est plein d’olives et le mien n’en a pas », parce qu’au moment de la pollinisation ce n’est pas… ce n’est pas trop… c’est un peu difficile pour les oliviers. Ici. Je ne sais pas plus bas, mais ici c’est un peu difficile parce que s’il n’y a pas trop de vent, si par hasard il pleut trop, tu vois, ils ne peuvent pas attraper, saisir la… l’olive. Tu as des branches où il y a comme un grappillon, avec de petites olives, et quelques-unes qui tiennent. Et alors, ces oliviers ils se les échangent entre eux, tu comprends. Ils faisaient des boutures ; car les oliviers, pour que les olives donnent l’olivier, il faut beaucoup de temps et c’est encore bien difficile car les olives ne font pas comme elles font, je ne sais pas, en Kabylie, tu vois, dans des endroits comme ça, où il y a de vieux oliviers sauvages, les oléastres, comme on les appelle. Chez nous ce ne sont pas des oléastres, ce sont des oliviers qui viennent des oléastres parce ce qu’ils ont été sélectionnés plusieurs fois, car il y a une qualité spéciale. Et alors, on le… on assure la reproduction avec des rejets. Tu vois, tu prends un rejet parce que l’olivier, comme il s’accroche en bas avec de nombreuses petites racines adventives. Après les grosses qui descendent plus bas et là il y les petites qui récupèrent toutes les gouttes d’eau qui se présentent. Et les feuilles, sous la feuille, te le vois, quand il fait un peu de vent, du vent qui vient de l’est, celui-ci retourne les feuilles et les oliviers paraissent argentés. Parce qu’il y a des poils par-dessous, et si par hasard il pleut bien, ces poils retiennent l’eau et font… ils laissent des trous se faire pour la respiration, tout ça. Et les oliviers prennent… c’est là qu’ils vivent. Alors, ces oliviers sont… ils sont… ils se reproduisent avec les rejets qui poussent, tu vois, il y a les rejets qui se chargent de gourmands avec les feuilles. Alors, tu prélèves ça, il y a toujours des racines qui restent. Tu mets ça dans une vieille jarre, quelque chose, pour que là-dedans il devienne un beau… un bel arbre, et deux ou trois ans après tu le plantes. C’est pour cela que dans toutes les parcelles on a des oliviers qui produisent un an mais qui ne produisent pas l’année suivante. Et même en y mettant du fumier, en les taillant correctement. Mais c’est au moment de la pollinisation que les choses se décident. Car il y en a qui fleurissent un peu plus tôt, et il y en a qui ne fleurissent pas trop tôt. Car le gens, antan, s’échangeaient les oliviers, ils faisaient des… tu vois. Comme le jardinage. C’est pour cela qu’il y a toujours un peu des olives, si tu les soignes correctement, mais parfois, comme cette année, s’ils sont bien taillés, bien travaillés, il y a des oliviers qui sont couverts d’olives. Et il y en a d’autres qui n’en ont pas. Mais l’olivier, ce qui est intéressant… à la place du chêne vert, c’est lui ici qui trace la limite entre le bas de la Provence et le haut. Et si tu prends la route de la Palud il y a un endroit qui s’appelle la colline de l’olivier, et il y a encore des oliviers bien à l’adret, tu vois, dont les derniers étaient cultivés il y a quatre ou cinq ans. Mais maintenant les vieux se sont… se sont… ne le font plus car ils sont vieux. Et cela est extraordinaire parce que, une fois, je ne sais pas si c’est intéressant ce que je vais dire, mais enfin je le dis, une fois, ils avaient dans le vieux château de la Palud, ils avaient trouvé des scourtins, tu vois les scourtins où l’on met la… quand on a fait… écrasé les olives, cela fait une pâte, et on la met là-dedans, et les scourtins petits comme ça ; alors qu’à Moustiers on avait de gros scourtins, tu vois, pour les écraser dans l’auge du moulin, tout ça. Et pour retirer l’huile. Et là des petits. Parce ce qu’à la Palud, avec le terroir de Mayreste, on l’appelle Mayreste. Tiens, Mayreste, peut-être pourrais-tu me dire ce que cela signifie. Nous allons en parler un peu. Et alors, le terroir de Mayreste c’est la limite de l’olivier. Et cela on le sent lorsqu’il tombe de la neige, ou s’il pleut un peu fort.   

 

Notes linguistiques

Alain Archiloque est à la fois un scientifique et un berger. De ce fait il possède une langue à la fois riche et enracinée. Son parler peut être qualifié de provençal central. Ainsi on retrouve chez lui toutes les caractéristiques de cette variante de notre langue.

On a évidemment les articles lei, ai/ei, dei où la diphtongue est audible, à la différence du rhodanien. On a également les finales …ien là où la plupart des autres parlers d’oc ont …ion/ioun (diferenciacien, poulenisacien, prouducien, respiracien, vegetacien)

On trouve le passage de /z/ à /v (cauva/cauvo pour causa/causo euve/éuve, pour euse/éuse).

On remarque les diphtongaisons /uo/ pour /o/ (fouont pour fònt/font, fouoço pour fòrça/forço), et /uèi/ pour /ui/ (Counouèisse pour Counouisse/Conóisser)

Autre diphtongaison : tròup et còup pour tròp/trop et còp/cop.

Le /r/ intervocalique simple est mouillé, il se prononce presque /l/ (taradèu, garança/garanço,diferentas/diferènto...)

La conjugaison de « dire » et « veire » est commune au provençal central et maritime :

dieu/diéu      pour     dise

diés                          dises

dis                            dis

diam/dian                disèm/disèn

diatz/dias                 disètz/disès

dien                          dison

 

vieu/viéu                  vese

viés                          veses

vis                            vei

viam/vian                 vesèm/vesèn

viatz/vias                  vesètz/vesès

vien                          veson

 

Le verbe « dire », à la sixième personne et à l’imparfait présente fahien/fahián pour fasien/fasián .

Même si le phénomène n’est pas réservé à ce parler, on note tout de même un grand nombre d’ellisions (’qui/’quí pour aqui/aquí, ’quò/’cò pour  aquò/acò, et plus curieusement li ’viá/li ’vié pour li aviá/li’avié, ou bien li ’s pour li es.

On remarque le verbe discendre là où on a ailleurs descendre.

Par contre, on note un « te lo ditz/te lou dis, lo sentes/lou sèntes, l’aviá/l’avié, lo viés/lou viés, lo dieu/lou diéu » où le pronom neutre se confond avec le pronom personnel masculin singulier, comme en rhodanien, à la différence du maritime qui possède va ou du gardois qui a o/hou.

À quelques exceptions près, une règle grammaticale réputée commune aux variantes rhodanienne, maritime et centrale du provençal, ne se vérifie pas ici : le pluriel des adjectifs placés avant le substantif et terminés par e ou a/o au singulier qui voient ces terminaisons passer à ei/i. (lei bèlas ròcas/lei bello roco, lei diferentas plantas/lei diferènto planto, de marridas brancas/de marrido branco, de pichonas olivas/de pichounos óulivo, fòrça pichonas racino/fouoço pichouno racino)

Une caractéristique du provençal central est la possibilité d’y rencontrer le verbe èstre se conjuguer aux temps composés avec l’auxiliaire aver/avé.(an esta chausi)

On note ente là où on trouve en rhodanien par exemple onte/ounte.

 

 

Fiche d’identité de la personne

Nom

ARCHILOQUE

Prénom

Alain

Année de naissance

 

Profession

Berger et universitaire à la retraite

Parcours

Issu d’une famille d’éleveurs, Alain Archiloque a mené une carrière de professeur d’université à Marseille tout en continuant à s’occuper du troupeau basé à La Palud du Verdon. En 2008, il est élu maire de Moustiers Sainte Marie

Entretien

Christine Findal

Date de collectage

Décembre 2023

Commune(s)

Moustiers Sainte Marie

 

Latitude : 43.8456819

Longitude : 43.8456819

Mots clés

 

Affichage