Géologie de Moustiers – Alain Archiloque

Issu d’une famille d’éleveurs, Alain Archiloque a mené une carrière de professeur d’université à Marseille tout en continuant à s’occuper du troupeau basé à La Palud du Verdon. En 2008, il est élu maire de Moustiers Sainte Marie.

Graphie classique

Cristina Findal : Fa de temps que me pensi de te faire parlar dau païs de Mostiers. Anam laissar de caire la question geologica que s’ameritariá una autra entrevista.

 

Alan Archiloque : Diés que parles pas tròp de la geologia, mai quand meme Mostiers pòu pas passar a costat de la geologia. Lo sabes. Mostiers es, finalament, es arrapat a totei lei gòrjas, tota la ròca que li a d’aquí que va fenir a Sant Juers, d’un caire, que de l’autre fenisse dau costat de Castelana, e après as tot lo Canjuers, èra coma ’quò li a, d’aqueu temps de ara… dins la Méditerranée a l’epòca, èra un recife coralien. Viés. I a cènt setanta, cènt quatre vint de temps que… que èra la mar, tota la mar, li ’viá lo… lei Mauras, l’Esterèu qu’èra un volcan e tot aquò èra arrapat ’mbé la Còrsa, la Sardenha e lei Pyrénées que venián jusca ’quí. Li ’viá un continent, ’quí, que donava dins la mar. E de l’autre costat li ’viá lo Massif Central. E tot aquò èra… pròche tot aquò li ’viá ’quelei recifes coraliens qu’avián viscut de milions, de desenats de milions de temps. E li a fòrça, e i a fòrça foussiles que si tròvan aquí dessus. Un còp, dau costat de Canjuers, delà, a la barra, li ’viá un endrech que, sabes que de còp que li a, li ’viá d’atòls, de cauvas coma aquò, coma li a dins lei tropiques. E an trovat, perqué li ’viá de placas de massacan, li ’viá de massacans e li ’viá de placas tota fachas coma fau, que si ne’n servián per faire lo sòu, viés ; e an trovat un canard, mai un canard de cènt soassanta, cènt setanta milions d’ans, existavan pas. E alòr an pres aqueu canard e l’an discendut au museum de Tolon e a Tolon si son avisats qu’èra un pichon dinosaura. Solament ressemblava, perqué aviá viscut sus una illa e èra aquí pres dins la pichona poussa fina qu’arrivava d’aise d’aise, viés, e s’èra fossilizat coma aquò. Alòr, viés que li a de temps quand meme qu’exista. E aquela ròca, aquela còca, qu’es lo calcari, coma a Forcauquier. Aquela ròca tèn pas l’aiga. Aquí dessus es traucada de totei lei costats. Sus Canjuers parier, e a donat aquela… dins la ròca li a çò que li dien lo karst. Lo karst es coma un fromatgi ben traucat, ambé de traucs dau naut, lei dolinas, viés, ò lei fissuras, lei… tot çò que pren l’aiga, que la fa discèndre dins la ròca. E alòr dins aquela ròca li a lei pichòts lacs, tot çò que li a dins lei baumas ente leis òmes an dessinat. E alòr li a… aquela aiga sòrte a-n-un moment, coma a la fònt de Vauclusa. Ente li a una gròssa aiga que sòrte. Nautres avèm nòstra fònt, ’quí, que sòrte de la ròca, viés. E Mostiers s’es instalat aquí per dos ò tres rasons. Anam ne’n parlar un pauc se vòs. Après n’i a una a Sant Maurin, dins… pas luench d’aicí en anant a la Palud. E n’i a ’na autra, una gròssa, qu’es sota lo lac a… mai alòr… Fònt l’Evèsque li dihièm, se vòs, e Fònt l’Evèsque li dihièm. Li a una gròssa bauma, e de la gròssa bauma si sòrte aquela aiga, que ara sòrte dins lo dabàs dau lac. E de còp que li a, quand vèn  ben la fònt, si se vèi, monta en tèsta, viés. Es perqué li a… es perqué li a tota aquela… ’quela… queu karst que li a aquelei gròssei sorças. E Mostiers, coma Sant Maurin […] E Sant Maurin es pas la plus, la mai tipica d’aquelei sorças. Aquela de Mostiers, li a quasi, li a ’n valon que discènde, alòr quand lo valon discènde, ben entendut, l’aiga discènde un pauc mai. De còp que li a, ben-ben meme. De còp que li a a entrinat de la pichona plaça de la Founduda, de cauva coma aquò. Sant Maurin vèn ben fòrt, s’un còp li a de gròssei plueias, viés, e que li dien… de résurgences. Coma li a un valon que vèn de Vaulònja, li dien, que vèn darnier Sant Maurin, e l’aiga de Vaulònja que passa dins lo valon d’Angoire e se’n va dins lo lac… passa per mai de la mitat dins la gròssa escafa. Perqué li a una gròssa escafa d’amont, la gròssa escafa que discènde sota Sant Maurin e aquí viés sortir fòrça aiga. E fa de cascadas dins lo lac. E alòr aquò es una résurgence, viés, una résurgence d’aiga dirècta. E Nautres, es una exsurgence. Perqué leis exsurgences es d’aiga qu’a rintrat, qu’a fach son travalh dedins, dins lei pichons lacs, lei valons, dins totei lei baumas que li a ’quí sota, que si sòrte de la ròca. E puèi Fònt l’Evèsque es a mitat-mitat, es exsurgence, perqué li a tot Canjuers que fa un impluvium extraordinari, e una résurgence de la mitat dau Jabron e de la mitat de l’Artubi que vènon sortir aquí. Après n’i a d’autras, sota Canjuers, que van sortir a Montferaud, dins d’endrechs coma aquò, de l’autre costat, dins lo Var. Viés. Per un pauc dire s’aquest, coma païs, es un païs qu’es quand meme… es ben… soumis a… au climat mediterranean.

 

 

Graphie mistralienne

Cristina Findal : Fa de tèms que me pènsi de te faire parla dóu païs de Moustié. Anan leissa de caire la questioun geoulougico que s’ameritarié uno autro entrevisto.

 

Alan Archiloque : Diés que parles pas tròup de la geoulougio, mai quand meme Moustié pòu pas passa à coustat de la geoulougìo. Lou sabes. Moustié es, finalamen, arrapa à tóutei lei gorjo, touto la roco que li a d’aqui que vai feni à Sant Juers, d’un caire, que de l’autre fenisse dóu coustat de Castelano e après as tout lou Canjuers, èro coumo ’cò li a, d’aquéu tèms de aro… dins la Méditerranée à l’epoco, èro un recife couralien. Viés. I’a cènt setanto, cènt quatre vint de tèms que… que èro la mar, touto la mar, li ’vié de l’autre coustat, li ’vié lou… lei Mauro, l’Esterèu qu’èro un voulcan e tout acò èro arrapa’mé la Corso, la Sardegno e lei Pyrénées que venien jusco ’qui. Li ’vié un countinent, ’qui, que dounavo dins la mar. E de l’autre coustat li ’vié lou Massif Central. E tout acò èro… proche tout acò li ’vié ’quélei recife couralien qu’an viscu de milien, de desenat de milien de tèms. E li a fouoço, e i’a fouoço foussile que si trovon aqui dessus. Un còup, dóu coustat de Canjuers, dela, a la barro, li ’vié un endré que, sabes que de còup que li’a, li ’vié d’atoll, de cauvo coumo acò, coumo li’a dins lei troupique. E an trouva, perqué li ’vié de placo de massacan, li ’vié de massacan e li ’vié de placo touto facho coumo fau, que si n’en servien pèr faire lou sòu, viés ; e an trouva un canard, mai un canard de cènt souassanto, cènt setanto milien d’an, esistavon pas. E alor an pres aquéu canard e l’an discendu au museom de Touloun, e à Touloun si soun avisa qu’èro un pichoun dinousauro. Soulamen ressemblavo, perqué avié viscu sus uno ilo e èro aqui pres dins la pichouno póusso fino qu’arrivavo ’mé la mar, d’aise, d’aise, viés, e s’èro foussilisa coume acò. Alor viés que  li’a de tèms quand meme qu’eisisto. E aquelo roco, aquelo coco, qu’es lou calcàri, coumo à Fourcauquié. Aquelo roco tèn pas l’aigo. Aqui dessus es traucado de tóutei lei coustat. Sus Canjuers parier, e a douna aquelo… dins la roco li’a ça que li dien lou karst. Lou karst es coumo un froumàgi bèn trauca, emé de trau dóu naut, lei doulino, viés, o lei fissuro, lei… tout ço que pren l’aigo, que la fa discèndre dins la roco. E alor dins aquelo roco li’a lei pichot lac, tout ço que li’a dins lei baumo ente leis ome an dessina. E alor li’a… aquelo aigo souorte à-n-un moumen, coumo à la fouont de Vau-Cluso. Ente li’a uno grosso aigo que souorte. Nautre avèn nouostro fouont, ’qui, que souorte de la roco, viés. E Moustié s’es estala aqui pèr dous o tres rasoun. Anan n’en parla un pau se vouos. Après, n’i’a uno à Sant-Maurin, dins… pas luen d’eici en anant à la palud. E n’i’a uno autro, uno grosso, qu’es souto lou lac, à… mai alor… Fouont l’Evèsque li dihièn, s’(v)ouos, Font l’Evèsque li dihièn. Li’a uno grosso baumo, e de la grosso baumo si souorte aquelo aigo, que aro souorte dins lou dabas dóu lac. E de còup que li a quand vèn bèn fouort si se vèi, mounto en tèsto, viés. Es perqué li’a… es perqué li’a touto aquelo…’quelo… quéu karst, que li’a aquélei gròssei sourço. E Moustié, coumo Sant Maurin […] E Sant Maurin es pas la plus… la mai tipico d’aquélei sourço. Aquelo de Moustié li’a quàsi… li’a un valoun que discènde, alor quand lou valoun discènde, bèn entendu, l’aigo discènde un pau mai. De còup que li’a, bèn-bèn meme. De còup que li’a a entrina de la pichouno plaço de la Foundudo, de cauvo coumo acò. Sant Maurin vèn bèn fouort, s’un còup li’a de gròssei plueio, viés, e que li dien… de résurgences. Coumo li’a un valoun que vèn de Valouonjo, li dien, que vèn darnié Sant Maurin, e l’aigo de Valouonjo que passo dins lou valoun d’Angoueiro e s’en va dins lou lac… passo pèr mai de la mita dins la grosso escafo. Perqué li’a uno grosso escafo d’amount, la grosso escafo que discènde souto Sant Maurin e aqui viés sourti fouoço aigo. E fa de cascado dins lou lac. E alor, acò es uno résurgence, viés, uno résurgence d’aigo dirèito. Nautre, es uno exsurgence. Perqué leis exsurgences es d’aigo qu’a rintra, qu’a fa soun travai dedins, dins lei pichoun lac, lei valoun, dins tóutei lei baumo que li’a ’qui souto, que si souorte de la roco. E puèi Fouont l’Evèsque es a mita-mita, es exsurgence, perqué li’a tout Canjuers que fai un impluvium estraourdinàri e uno résurgence de la mita de Jabroun e de la mita de l’Artùbi que se vènon sourti aqui. Après n’i’a d’autro, souto Canjuers, que van sourti à Mount Feraud, dins d’endré coumo acò, de l’autre coustat, dins lou Var, viés. Pèr un pau dire s’aquest… coumo païs. Es un païs qu’es quand meme… es bèn… soumis à… au climat mediterranean.

Traduction

Christine Findal : Il y a longtemps que je pense te faire parler du pays de Moustiers. […] Nous allons laisser de côté la question géologique qui mériterait une autre entrevue.

 

Alain Archiloque : Tu dis que tu ne parles pas trop de géologie mais quand même Moustiers ne peut pas passer à côté de la géologie. Tu le sais. Moustiers, en fin de compte, est accroché à toutes les gorges, à toute la roche qu’il y ici et qui va finir à Saint Juers, d’un côté, et qui de l’autre finit à Castelane, et après tu as tout le Canjuers, c’était comme ça il y a longtemps, jusqu’à aujourd’hui… Dans la Méditerranée à l’époque, c’était un récif coralien. Il y a cent soixante-dix, cent quatre-vingt millions d’années, c’était la mer, toute la mer, il y avait de l’autre côté les Maures, l’Esterel qui était un volcan et tout cela était rattaché à la Corse, la Sardaigne et les Pyrénées qui venaient jusque-là. Il y avait un continent, ici, qui donnait dans la mer. Et de l’autre côté il y avait le Massif Central. Et tout cela était… près de tout cela il y avait ces récifs coraliens qui ont duré des millions, des dizaines de millions d’années. Et il y a de nombreux fossiles qui se trouve là-dessus. Une fois, du côté de Canjuers, là-bas, à la barre, il y avait un endroit qui, tu sais que parfois il y avait des atolls, des choses de ce genre, comme il y a sous les tropiques. On a trouvé, car il y avait des plaques de pierre, il y avait des pierres, et il y avait des plaques toute faites comme il faut, dont on se servait pour daller le sol, vois-tu ; on y a trouvé un canard, mais un canard de cent soixante, cent soixante-dix millions d’années, ils n’existaient pas. Alors on a pris ce canard, on l’a descendu au muséum de Toulon et à Toulon on s’est rendu compte que c’était un petit dinosaure. Seulement il ressemblait (à un canard), car il avait vécu sur une île et là il était pris dans le petit limon fin qui arrivait avec la mer en douceur, vois-tu, et il s’était fossilisé comme ça. Alors tu vois qu’il y a longtemps tout de même que tout cela existe. Et cette roche, c’est du calcaire, comme à Forcalquier. Cette roche ne retient pas l’eau. Là-dessus elle est trouée de toutes parts. Sur Canjuers également, et elle a donné cette… dans la roche il y a ce que l’on appelle le karst. Le karst, c’est comme un fromage plein de trous, avec des trous en haut, les dolines, ou les fissures, les… tout ce qui prend l’eau, qui la fait descendre dans la roche. Et alors dans cette roche il y a les petits lacs, tout ce qu’il y a dans les grottes où les hommes ont dessiné. Alors, il y a… cette eau sort à un moment, comme à la Fontaine de Vaucluse. Où il y a beaucoup d’eau qui sort. Nous, nous avons notre fontaine, ici, qui sort du rocher. Et Moustiers s’est établi ici pour deux ou trois raisons. Nous allons en parler un peu si tu veux. Après il y en a une autre à Saint Maurin, pas loin d’ici en allant à la Palud. Et il y en a une autre, une grosse, qui est sous le lac à… mais alors… On l’appelait Font l’Evêque, si tu veux, et on l’appelait Font l’Evêque. Il y a une grande grotte, cette eau sort de la grande grotte, aujourd’hui elle sort au fond du lac. Et parfois, quand elle arrive en force, on la voit, elle monte à la surface. C’est parce qu’il y a toute cette… ce karst, qu’il y a ces grosses sources. Et Moustiers, comme Saint Maurin, […] Saint Maurin n’est pas la plus typique de ces sources. Celle de Moustiers, il y a presque… il y a un vallon qui descend, alors quand le vallon descend, bien entendu, l’eau descend un peu plus. Parfois, pas mal même. Parfois elle a entrainé de la petite place de la Fondue, des choses comme ça. Saint Maurin arrive avec force lorsqu’il y a de fortes pluies, et que l’on appelle des résurgences. Comme il y a un vallon qui vient de Valonge, comme on l’appelle, qui vient derrière Saint Maurin, e l’eau de Valonge qui passe dans le vallon d’Angouire et s’en va dans le lac… passe pour plus de la moitié dans la grosse fissure. Parce ce qu’il y a une grosse fissure là-haut, la grosse fissure qui descend sous Saint Maurin et là on voit sortir beaucoup d’eau. Et cela fait des cascades dans le lac. Alors c’est une résurgence, une résurgence d’eau directe. Nous, c’est une exsurgence. Car les exsurgences c’est de l’eau qui s’est infiltrée, qui a fait son travail à l’intérieur, dans les petits lacs, les vallons, dans toutes les grottes qui se trouvent là-dessous, qui sort de la roche. Et puis Font l’Evêque est à la fois l’une et l’autre, c’est une exsurgence, parce qu’il y a tout Canjuers qui fait un impluvium extraordinaire, et une résurgence pour moitié du Jabron et pour moitié de l’Artuby qui viennent sortir là. Après il y en a d’autres, sous Canjuers, qui vont sortir à Montferaud, dans des lieux de ce genre, de l’autre côté, dans le Var. Tout cela pour dire que ce pays c’est un pays qui est quand même… il est bien… soumis à… au climat méditerranéen.

 

Note linguistique

 

Alain Archiloque est à la fois un scientifique et un berger. De ce fait il possède une langue à la fois riche et enracinée. Son parler peut être qualifié de provençal central. Ainsi on retrouve chez lui toutes les caractéristiques de cette variante de notre langue.

On a évidemment les articles lei, ai/ei, dei où la diphtongue est audible, à la différence du rhodanien. On a également les finales …ien la plupart des autres palers d’oc ont …ion/ioun (milien/milio(u)n, la regien/la regio(u)n)

On trouve le passage de /z/ à /v (cauva/cauvo pour causa/causo).

On remarque les diphtongaisons /uo/ pour /o/ (fouont pour fònt/font, fouoço pour fòrça/forço), et /uèi/ pour /ui/ (Angoueire pour Angoire/Angouire)

Autre diphtongaison : tròup et  còup pour tròp/trop et còp/cop.

Le /r/ intervocalique simple est mouillé, il se prononce presque /l/ (fissuras/fissuro, Angoire/Anguoueire.

La conjugaison de « dire » et « veire » est commune au provençal central et maritime :

dieu/diéu      pour     dise

diés                          dises

dis                            dis

diam/dian                disèm/disèn

diatz/dias                 disètz/disès

dien                          dison

 

vieu/viéu                  vese

viés                          veses

vis                            vei

viam/vian                 vesèm/vesèn

viatz/vias                  vesètz/vesès

vien                          veson

 

Le verbe « dire », à la quatrième personne et à l’imparfait présente dihièn/dihièm pour disian/disiam.

 

Même si le phénomène n’est pas réservé à ce parler, on note tout de même un grand nombre d’ellisions (’qui/’quí pour aqui/aquí, ’quò/’cò pour  aquò/acò, et plus curieusement li ’viá/li ’vié pour li aviá/li’avié et surtout s’ouos pour se vòs/se vouos)

On remarque le verbe discendre là où on a ailleurs descendre.

Par contre, on note un « lo sabes/lou sabes » là où on attendrait un « va sabes ».

 

 

Fiche
d’identité de la personne

Nom

ARCHILOQUE

Prénom

Alain

  

Profession

Berger et universitaire à la retraite

Parcours

Issu d’une famille d’éleveurs, Alain Archiloque a mené une carrière de professeur d’université à Marseille tout en continuant à s’occuper du troupeau basé à La Palud du Verdon. En 2008, il est élu maire de Moustiers Sainte Marie

Entretien

Christine Findal

Date de collectage

Décembre 2023

Commune(s)

Moustiers Sainte Marie

 

Latitude : 43.8456819

Longitude : 43.8456819

Mots clés

 

Affichage

oui